c’est l’endroit où quand tu ouvres les bras, ça ne sert à rien, car tout est déjà tellement ouvert dans les fenêtres de ta tête, que quelque part, ce n’est plus une question de posture.

Tes bras, écartés ou non, ça ne change rien. Même pour celui qui te regarde, ça ne change rien. Même pour le soleil qui dessine ton ombre, ça ne change rien, puisque tout le monde voit bien que c’est la vie entière qui est écartelée avec plein d’espace dedans où n’importe quel étranger pourrait loger.

Tout ça éclabousse et fait cligner les yeux du monde, c’en est presque gênant.

C’est comme ça, la beauté.

 

 

 

 

Texte, voix : Jeanne Garraud // Harmonica : Olivier Longre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :